Le rouge et le bleu

Réflexion sur les valeurs du rouge :

Associé au blanc, il exprime l’implication dans la vie, l’engagement, l’acceptation des joies et des blessures.

Associé au jaune, il traduit un repositionnement positif, égalitaire, vis à vis des deux images parentales.

Le rouge = père et le jaune = mère !

Associé au bleu, il exprime un besoin de repositionnement par rapport aux valeurs spirituelles et aux valeurs du monde. En même temps, il signale une confusion de positionnement par rapport aux images parentales :

Le bleu = ciel et père et le rouge = terre et mère !

Apparition du symbole dans les rêves :

Marie-Claire : « … Là, je vois un ballon à fil qui s’envole. Le rouge ! Enfant, je n’aimais pas le rouge et, ado, j’ai demandé un manteau rouge à ma maman… j’emporte dans mon cœur une tulipe rouge… mon ventre devient un champs de tulipes rouges et je cueille du muguet bleu pour mon papa… – Je descends vers les profondeurs de la terre… J’ai un paréo arc en ciel… »

Carole : « le ciel est couleur rouge-sang ! Normalement le ciel est bleu !Là il est rouge… il y a un disque blanc dans ce rouge et je ne peux pas savoir si c’est le soleil ou la lune !… Il y a un fleuve bleu turquoise, un bleu pas naturel… je monte dans la nacelle d’une montgolfière et nous montons… l’homme qui manœuvre le ballon porte un chapeau haut de forme… le ciel n’est plus rouge, maintenant il est bleu !.. »

Jeanne : « Le soleil joue à travers les vitraux multicolores… J’ai l’impression de monter, de me trouver dans un espace lumineux… j’ai un peu le vertige, tout en haut et tout à coup la sensation de descendre brutalement… je reviens les pieds sur terre ! Autour,, plein de gens animés, avec des vêtements rouges… je vois aussi un enfant sur un vélo rouge, habillé en rouge également… un ballon gonflable.. À nouveau, impression de monter dans l’air… un gros ballon, une montgolfière qui monte dans un ciel très bleu… et là je vois un arc en ciel… je suis revenue, petite, dans le jardin de mes parents !.. »

Monique : « … Je ne sais pas vers où aller… dans quelle direction ? Se mettre en route, c’est avoir un but ? J’ai le visage tourné vers le ciel. Là, c’est un magnifique nénuphar rouge et, c’est bizarre, je vois aussi une ampoule allumée, culot en bas, sans fil, dans un ciel très bleu !… »

Christiane (48 ans) : « Je suis au pensionnat, j’attends la visite de ma maman, j’ai 7/8 ans… un fiacre arrive, le cocher est tout en noir avec un chapeau haut de forme noir… Je vois des vitraux… ce qui domine, c’est le bleu et le rouge, le bleu qui représente le ciel et le rouge le vêtement d’un personnage appuyé sur une canne. Il porte une couronne de roi… je lève la tête vers le ciel. (Manque d’amour de ma mère, mère chef de famille : toujours de la violence, des ordres…)

Caroline (34 ans) : « … Un homme avec un chapeau sur un vélo, deux enfants sur un kayak rouge… mon école maternelle, odeur de pâte à modeler, bleue et rouge. Je revois ma maman qui vient me chercher… »

Catherine : « .. Je me vois, allongée sur le sable : je ne me reconnais pas dans cette personne qui passe son temps à regarder le ciel… dans ce ciel bleu, il y a à la fois le soleil qui brille et la lune en croissant… Un château : en bas il y a une pièce au carrelage rouge… je monte… en haut le carrelage est bleu !…

Eléments résumés de traduction :

Lorsqu’ils apparaissent ensemble dans une séquence de rêve, le rouge et le bleu doivent déterminer une investigation à trois niveaux :

Celui qui concerne le rapport entre les valeurs de la terre et le besoin d’accomplissement spirituel (terre et ciel).
Celui qui se rapporte à la relation du rêveur à chacune des deux images parentales (mère et père).
Celui qui correspond au positionnement de la psychologie du rêveur relativement aux versants féminin et masculin de la psyché. (anima et animus).
Dans un grand nombre de situations, l’interprète observera une convergence de ces trois plans. Le rêveur ou la rêveuse traduisent, par l’apparition du rouge et du bleu, une confusion dans leur rapport aux composantes de chacun des trois groupes :

  • Père – Ciel – Animus
  • Mère – Terre – Anima

Le plus souvent, la confusion résulte d’un lourd déficit de référence paternelle (père décédé, suicidé, alcoolique, absent etc..) – La mère ayant eu à assumer les deux pôles parentaux, il s’ensuit imparablement un trouble dans le développement des valeurs animus et anima.

Une observation vient corroborer cette orientation de la traduction : quelque soit leur âge, les patientes utilisent autour du rouge et du bleu, les mots « mon papa » « ma maman » qui trahissent l’expression de leur ressentis et demandes infantiles.