Le vert et le jaune

Apparition du symbole dans les rêves :

Caroline : « … Je vois un bébé qui naît… Le cordon… c’est une petite fille, je crois que c’est moi… je sens l’odeur de l’orage… ce qui sort de la gouttière est vert et jaune… une lame de rasoir me coupe le bas du ventre, en triangle, ce qui coule est vert.. je ne peux pas dire non !.. »

Carole : « .. Je vois mon grand-père avec sa casquette… un grand champ… le ciel plein d’étoiles… Là, c’est un enfant au berceau… un bébé emmailloté, il pleure, crie, colère… y a personne, on le laisse pleurer… là, c’est un champ tout vert… une femme noire avec ces belles couleurs des africaines : surtout le jaune et le vert… »

Michèle : « … Un chat qui marche sur le plafond… ses yeux sont à la fois jaunes et verts, en triangle… ils s’agrandissent jusqu’à me permettre le passage… je peux traverser, en passant du jaune au vert. Ce sont des couleurs et en même temps de la matière – C’est juste une porte à passer pour aller dans la matière… j’hésite encore mais je sais que je reviendrai… »

Yannick : « … Une très belle musique… toute la nature danse et chante… les champs dansent… le vert peut quitter ses racines et venir dans le jaune et vice-versa… je monte, je descends, moi, je vole comme un oiseau, sentiment de liberté d’être… Là, j’apprends que cette symphonie s’appelle « le champs jaune » !.. »

Jacques : « … Je vois un grand cactus vert et une lumière jaune, devant moi, qui émane de je ne sais où… cette lumière jaune devient verte aussi… ils ne sont pas dangereux ces cactus… d’ailleurs, ils perdent la peau qui tient leurs épines !.. Ils sont tout lisses, comme déshabillés.. »
Julien : « .. Je vois le masque de Toutankhamon avec ses bandes d’un vert profond et des traits plus fins, jaunes, en alternance… et là, c’est une tête de bébé qui vient de sortir d’une demi-lune.. »

Xavier : « .. Je vois une belle vallée verte et un soleil jaune… moi je suis un très petit enfant, à quatre pattes, très « bébé Cadum » Je n’arrive pas à franchir le pas pour aller de l’autre côté, pour atteindre la vallée… ah !.. J’ai passé un pied, une jambe, un bras… ah !.. Je flotte, ou plutôt je marche sur une espèce de gelée verte… »

Dominique : « .. Un entonnoir, en forme de triangle… y a du jaune et du vert… c’est le cône qui me relie à mon enfance… Là, je vois une chrysalide, sorte de cocon dont sort une libellule qui déploie ses ailes.. »

Eléments résumés de traduction :

Il est fréquent que le sens d’une ou de deux couleurs prenne un relief particulier du fait de l’accouplement de deux tonalités. L’observation du contenu des rêves dans lesquels le vert et le jaune apparaissent ensemble ne semble pas obéir à une règle de ce type ! L’effet de leur rapprochement est seulement de conjuguer les valeurs positives identifiées par ailleurs pour chacune des deux couleurs séparément.

Ainsi, le sens de croissance, de renouvellement des énergies, de mouvement évolutif, dont le vert de la nature printanière se fait l’exposant s’additionne à la traduction d’un jaune symbolisant la relation d’ « amour » (ce qui porte vers..) qui porte chaque être vers l’autre, vers le monde, vers l’univers et son mystère.

L’interprétation de ce couple de couleurs est d’autant moins aisée qu’il se manifeste dans des rêves où de nombreux autres couples s’imposent ! Il semble donc que le vert et le jaune réunis participent en fait à la manifestation de la multicoloration, elle-même toujours expressive d’activation psychique.

Une autre observation justifie la difficulté de repérage d’un sens propre au rapprochement de ces deux valeurs : au contraire de ce qui se passe avec le bleu et le rouge par exemple, qui prennent place dans des scénarios très structurés, chargés d’une réflexion philosophique voire métaphysique, le vert et le jaune s’inscrivent dans des rêves développant des thèmes très variés et dont la structure ne paraît pas répondre à une ligne directrice. Peut-être est-ce encore là l’expression d’une explosion de vie mal contrôlable, telle que celle qui fait éclater la nature au printemps ? Devant le vert et le jaune, il se dégage, en dernière analyse, une impression de fraîcheur qui peut orienter l’interprétation dans un sens positif.