Rêve de B

AUBIN

Durant le temps de confinement, j’avais très envie de ce partage avec vous. Je vous propose la lecture du rêve d’une patiente reçue à mon cabinet il y a plusieurs mois. Vous trouverez une courte anamnèse, puis le rêve et un petit debriefing après le rêve. BONNE LECTURE !!! 

Courte Anamnèse :

B……., âgée de 35 ans, est issue d’une famille parentale mixte, le père est né en Espagne et la mère est française. Mme exprime une grande souffrance, et parle de violence en elle qui lui fait peur. Elle vient consulter pour comprendre ses idées noires et parfois ordurières, ses images de mutilation tournées vers les personnes qu’elle aime et les raisons pour lesquelles son père a commencé à la battre et à la dévaloriser à partir de l’âge de 2 ans et demi. Troisième d’une fratrie de quatre filles, elle n’a jamais été soutenue par l’une d’entre elles.

A l’adolescence, B… a manifesté des épisodes d’anorexie/boulimie qui ont nécessité une hospitalisation. B….s’est séparée de son compagnon pendant sa grossesse. Il était violent et sous l’emprise de drogues diverses. Elle élève seule son enfant mais tend à renouer avec son compagnon qui a entrepris des soins.

Cette situation a fait l’objet d’une supervision. Mme a fait un travail psychanalytique pendant plusieurs années et s’est formée à l’hypnothérapie.

1 TRAVAIL DE REVE DU 20 AVRIL 2020 F. AUBIN CONCERNANT LE REVE DE B……. 

REVE NUMERO 2 DE B DUREE 25 MN

Je vois une sorte de forme de rose pas éclatant, il y a un peu d’ombre, un rose comme une lumière avec une sorte de nimbe, nimbé comme, je ne sais pas ce que c’est, c’est difficile à définir, c’est plutôt éthéré foncé, il y a des ombres autour, comme une sorte de mystère, comme de la fumée qui s’échappe. (silence). C’est, c’est plus dans le ciel, dans une dimension quelque chose d’un peu, un passage, je ne sais pas, comme un passage, comme un sas je ne sais pas ce que c’est. Ca a une forme un peu de losange, le blanc autour, une atmosphère éthérée, le blanc pas éclatant pâle, il y a le sas, je ne sais pas ce que c’est. J’ai l’impression que c’est une voie d’accès, un portail d’accès, une voie, enfin ça permet d’accéder à quelque chose, à une dimension différente, ça m’attire, il y a comme quelque chose de spirituel, il y a un mystère qui se dégage de cette., ce n’est pas une porte, ce n’est pas juste une porte et voilà, cette porte-là est à la fois la porte d’entrée mais elle est la voie en elle-même, c’est un état en fait, un état d’être, quelque chose d’immuable. Il est là suspendu, en suspension en moi, ou dans le champ cosmique, c’est là. J’aimerai bien accéder (silence).Je lui demande qui es-tu ? et il me répond je suis toi. Je suis la vie. Dans le cœur au milieu mais en haut du losange forme éthérée assez verticale, sorte de diamant, forme biseautée en haut central, une lumière dorée comme de l’or. C’est comme si ça ouvrait une voie, c’est comme si je voyais à l’intérieur, un sorte de chemin qui se dessine, un chemin de lumière et ça part comme ça un peu vers le haut (mime avec ses mains). Je me demande pourquoi il y a des sortes de vapeur, de fumée qui se dégage, autour de cette forme comme des sortes de fumée, c’est très vaporeux ce n’est pas des fumées noires. Je me demande pourquoi elles sortent.

2 TRAVAIL DE REVE DU 20 AVRIL 2020 F. AUBIN CONCERNANT LE REVE DE B……. 

Je crois en fait que ces fumées qui s’échappent c’est sur le contour en plus, c’est comme si le mal s’en allait, ça s’en va en fumer, toutes ces tensions, tous ces mots je vois s’élever, tranquillement elles s’en vont, l’air de rien. C’est bizarre, est ce qu’il faut que je fasse quelque chose. J’ai comme l’impression. Cette forme me dit qu’elle est moi mais moi je sens encore une dissociation parce que je me sens encore différente. Qu’est ce que je peux faire pour ne faire qu’un avec cette dimension. C’est bizarre j’ai le sentiment qu’elle me dit, tu n’as rien à faire. J’ai entendu rien, rien à part en fait à part me regarder, le fait de regarder cette forme, cette réalité. Ce serait juste ça, ce serait être dans le chemin pour devenir, pour être vraiment ça. En fait, il n’y a rien à faire à part regarder ce que je suis en fait et ça ces dernières années j’ai eu du mal à savoir qui j’étais et qui je suis depuis toujours. Cette porte c’est ca en fait qui je suis tout le temps, il n’y a pas de filtre, pas d’écran, pas de mots, il y a juste la porte et voilà ce que tu es. Il n’y a pas à réfléchir. C’est bizarre c’est comme si je voyais mon corps. Mon corps est vraiment petit par rapport à cette porte très grande, il s’en va, elle part comme si je volais. Je m’en vais vers la porte mais surtout vers la lumière, vers le blanc. La lumière très forte un peu incandescente, une lumière que je n’ai jamais vue, aveuglante, irréelle. C’est comme si je ne voyais plus que le contour du corps mais je ne vois plus vraiment les traits, c’est une petite forme, mon corps est happé complètement. C’est comme si la lumière transperçait complètement sans distinction entre la lumière et mon corps, ce qui reste juste le contour comme une esquisse. Ca s’en va comme ça. Je ne sais pas où je vais mais c’est grand. C’est impressionnant parce que c’est très grand, cette lumière n’a pas de limite et elle est d’un ordre supérieur, il y a quelque chose dans cette lumière, je n’ai pas envie de mettre de mots précis, mais c’est de l’ordre divin. Je ne sais pas ce que je vais devenir, je ne vois plus le corps la forme, je n’ai pas envie de réfléchir ou d’intellectualiser. C’est le corps que j’ai rejoint dans cette dimension et que j’ai vécu dans ma vie. J’ai vécu des expériences.

3 TRAVAIL DE REVE DU 20 AVRIL 2020 F. AUBIN CONCERNANT LE REVE DE B……. 

Là c’est la totalité. Je ne sais plus où je suis, je ne sais plus qui je suis en fait. Le JE en fait il n’y a plus de JE, il a été complètement…. Ce n’est plus le corps dont il est question, ce n’est plus le corps de B………, c’est autre chose, je ne sais pas ce que c’est, je ne sais pas comment le définir. En tous cas, je ne sais pas si je peux aller plus loin, je ne sais pas. Non je ne peux pas aller plus loin. J’arrête.

DEBRIEFING

Après le rêve, B… évoque son étonnement de l’apparition de la couleur Vieux Rose, qui a laissé la place au doré, à l’or puis du chemin qui s’est ouvert à elle. « J’étais en train d’observer quelque chose en moi comme un rite de passage intérieur. Le corps était en lévitation, il volait tranquillement dans une forme d’attraction douce. Il y avait quelque chose d’aimanté, de magnétique. »

B…. souffre de blessures narcissiques. Ce rêve montre le problème identitaire du blessé narcissique. La blessure prend toute la place et B… ne sait pas qui elle est, vient à douter d’elle et penser n’avoir aucune valeur. Le blessé narcissique est une personne blessée qui ressent de la honte et la culpabilité dans son quotidien.

Dans ce rêve, B…. se voit exister. Elle va chercher la personne qu’elle était avant la blessure et ce qu’on lui a dit qu’elle était. Le JE de B….. formaté, blessé est en train de changer de JE. Elle passe de la blessure narcissique à l’accès de son âme enfantine. Elle retrouve son âme et sa nature originelle, son imaginaire. Sa voix intérieure lui a dit : « Je suis toi, je suis la vie ».

B…. n’a jamais été portée par le désir et n’a jamais grandi grâce au désir de l’autre. Elle retrouve sa totalité, sa connection ou sa participation au grand Soi. En tant que thérapeute, il nous appartient d’amener la patiente à s’autoriser à croire à cette transformation et à maintenir la dimension matérielle et spirituelle.

4 TRAVAIL DE REVE DU 20 AVRIL 2020 F. AUBIN CONCERNANT LE REVE DE B……. 

A la séance suivante, nous revenons sur ce rêve qu’elle qualifie de beau rêve. Je pensais qu’elle allait dire qu’elle se sentait transformée mais rien de tout cela. Bien qu’elle en comprenne la portée, B…. banalise son rêve et ce qui s’est passé en séance. Elle le ramène uniquement au travail personnel qu’elle fait lorsqu’elle pratique la méditation ou l’hypnose.

Toutefois au cours de la séance, elle nomme de nouveaux projets (et pas des moindres) qui n’étaient pas du tout envisagés lors des séances précédentes : la recherche d’un appartement plus spacieux, l’arrêt de la contraception, le souhait d’exercer en tant que praticienne en hypnose.

Personnellement, je pense qu’elle vient rencontrer un thérapeute pour « jauger » là où elle en est du travail qu’elle fait personnellement. Elle vient faire le point. En fait, sa résilience est de croire en elle, et elle se centre sur ce qu’elle fait, elle. C’est une façon d’exister, elle s’est construite seule et traverse ses épreuves les unes après les autres.

Dailleurs, lors d’une dernière séance, B…. verbalise qu’elle préfère continuer son chemin thérapeutique seule en pratiquant l’hypnose et qu’elle me remercie de l’aide apportée.

Share This
X